Actualité
La Belgique, tu l’aimes ou tu la quittes !

Choqués par les dernières déclarations de Jan Jambon, j’ai tenu à réagir avec ma collègue Latifa Gahouchi. Il a ensuite été repris dans la section « Opinions » du Vif l’Express. Au coeur du propos, un message clair: la Belgique ne laissera pas passer l’incitation à la haine. « L’union fait la force » n’est pas qu’un slogan!

« Jan Jambon exhorte les demandeurs d’asile à porter un badge ». On ne s’étonne même plus de recevoir une telle information en alerte sur son smartphone, même si elle a toujours le même effet : le dégoût. Toujours, aussi, la même technique : les divers Francken, Jambon, De Wever lancent une bombe et, derrière, la désamorcent en rectifiant leurs propos. Mais le mal est fait. Depuis cette affaire du badge, Jambon a démenti évidemment vouloir en faire un outil de stigmatisation.
Il est totalement inadmissible de simplement penser à un dispositif permettant d’identifier quelqu’un directement dans la rue. Cela au moment même, par exemple, où nous venons de déposer un texte visant à protéger les minorités sexuelles ou ethniques… au Moyen orient et en Afrique au Parlement wallon. Comme un boomerang qui nous revient, on se rend alors compte qu’il reste beaucoup de travail à encore accomplir en Belgique en matière de tolérance et de vivre-ensemble.
Depuis l’entrée en fonction du gouvernement MR/NVA, la banalisation de certains propos nous plonge à chaque fois dans la même indignation. Mais surtout dans le même doute : ce pays si ouvert qu’est la Belgique qui a accueillis nos pères et mères les bras ouverts, leur donnant aussi la chance de mener leurs enfants à l’émancipation, serait-il en train de disparaître par l’action même de ceux qui le gouvernent ?
Il suffit de faire un « best of » des propos tenus par Jan Jambon, ministre de l’Intérieur et Théo Francken, ministre de l’Asile et de la Migration. Et d’évoquer les saillies du bourgmestre d’Anvers/vrai Premier ministre du Gouvernement fédéral, Bart De Wever.
Outre le fait de nous ramener aux plus sombres moments de notre histoire – c’est également celle de nos parents, dont des amis sont venus défendre la liberté lors de la Bataille de Gembloux en 1940 face au régime nazi-, notamment à l’étoile de David identifiant les Juifs durant la Deuxième guerre mondiale, cette dernière sortie vient encore appuyer la banalisation de propos flirtant sans cesse avec le racisme, lancés ci et là par les trois snipers de la politique flamande. « Les Berbères constituent une communauté fermée, avec une défiance envers les autorités » ; « Je vois beaucoup trop souvent que le trafic de drogue est aux mains de jeunes Marocains » ; « Dès que quelqu’un est reconnu comme réfugié, il reçoit une indemnité, peut demander une habitation sociale et reçoit des allocations familiales. Je pense donc qu’il faut penser à un statut spécial pour les réfugiés reconnus ». On peut y ajouter les mamours de Francken et Jambon avec les anciens collaborateurs du régime nazi qui ne sont qu’un détail bon à agiter le landerneau de la politique francophone, selon le bourgmestre d’Anvers. D’ailleurs ce dernier « peut comprendre qu’il y a du racisme et de la discrimination à l’embauche », avait-il lancé il y a quelques mois.
Jan Jambon n’est pas à une maladresse près, quand il dit faire appel à la police marocaine pour s’occuper des problèmes de radicalisation dans la communauté maghrébine. La police marocaine, très connue pour la grande démocratie qui guide son action, bien évidemment.
Tous les fantasmes sont alimentés : le crime est aux mains des étrangers (mis dans le même sac que les Belges d’origine étrangères) en Belgique, les réfugiés sont venus vous voler votre travail, votre argent, alors qu’ils ont tant de biens dans leur pays d’origine,…
On passera ici sur tous les arguments raisonnés en faveur de l’immigration. On les a assez répétés et, en 2015, cela commence à devenir lassant. On passera aussi sur la loi belge punissant l’incitation à la haine raciale, les Droits de l’Homme et l’interdiction européenne d’attribuer un statut spécial aux réfugiés. Encore une fois, cela devient lassant.
Par contre, une fois n’est pas coutume, on paraphrasera un homme de droite : « Ce pays, tu l’aimes ou tu le quittes. » La Belgique est le pays du compromis, de la bonne entente et du bon accueil. La Belgique est un pays aux multiples communautés depuis sa fondation, aux migrations internes et externes historiques. La Belgique est un pays solidaire, progressiste et juste. Alors, messieurs, ce pays vous l’acceptez tel qu’il est et l’aimez… ou vous le quittez. Démissionnez donc Messieurs, et laissez-nous revivre en harmonie!

Latifa Gahouchi et Hicham Imane, députés régionaux PS

Retour

Mes derniers
Tweets

Suivez-moi sur Twitter

Découvrez ma dernière
Vidéo

Événements, actualités, messages spécialement enregistrés pour vous. Venez me découvrir à travers mes vidéos.

Découvrez toutes mes vidéos

Mes dernières
Photos

temp-instagram

Découvrez toutes mes photos

Hicham Imane
Gsm : 0475/41.43.34
secretariat@hichamimane.be
Inscrivez-vous à ma newsletter